Archive pour mai, 2009

A Voir: Vengeance

Vengeance   de Johnnie To avec Johnny Hallyday, Sylvie Testud, Simon Yam
Genre: Suspense – Duree: 01:48:00
Pays : Hong Kong – Sortie en salle : 20/05/2009

Quand Irene Thompson (Testud), une française, femme d’un homme d’affair d’Hong Kong et mère de deux enfants est flinguée (avec tous ces derniers) par des tueurs à gages dans les premiers instants du film, j’étais un petit peu déçu, je dois avouer. Heureusement (pour nous, mais evident par pour Irene) elle continue de nourrir la narrative du dernier film de Johnnie To.

Et puis le père d’Irene, Francis Costello (Hallyday) est arrivée en parlant en anglais et j’étais pas du tout sûr si ça marcherait très bien, mais après son rôle dans «L’Homme du Train», j’ai décider à lui accorder le bénéfice du doute.

Quand Costello s’est débrouillé avec l’aide de trois tueurs à gages du quartier, la chasse pour les assassins de la famille de sa fille commence. D’une façon le film et simple comme bonjour – les hommes tirent, les hommes tombent. D’une autre façon le film nous intrigue – pourquoi Costello insiste-t-il prendre des photos polaroid de chaqu’un important qu’il encontre?

Peut-être Johnnie To est trop ambitieux, on pourrait dire qu’il n’a pas réussi dans tout qu’il tente, mais j’ai apprécié l’esprit du film et l’amitié bizarre entre les personnages des ces deux heures de suspense.

Commentaires

L’Economie Idéale: Histoire, Systèmes et Tendances

Crise Eco   Au moment de la grande crise qui se confirme au sein du système capitaliste occidental, il est bien l’endroit à refléchir sur l’economie idéale. De quoi s’agit-il, quels seraient les bons composants, les buts de cette innovation? Est-qu’il y a des leçons historiques pour nous aider à trouver le meilleur système pour l’avenir?

Histoire: Capitalisme contre Communisme

Entre les années trente et quatre-vingt, on observait le contraste entre des idéalismes économiques, bien différent l’un à l’autre. Tandis que le communisme selon le modèle proposé par Moscou cherchait de bien maîtriser chaque élément du champ économique par le contrôle central, le capitalisme occidentaux laissait tous au concurrence entre les entreprises commerciales. Le système communiste prioritisait l’égalité entre tous niveaux de la société, tout en évitant que les chefs de l’entreprise profitaient excessivement au coût des droits des travailleurs. Selon le capitalisme, le plus important était l’entreprise saine, qui gagnait l’argent pour payer les salaires, de motiver les plus braves à lancer leur propre entreprise, selon leur initiatives commerciales.

En 1989, à la chute du mur de Berlin, tous semblait s’éclaircir. C’était le communisme qui a perdu la guerre commerciale, le communisme qui a produit des compagnies détruites par une manque de liberté créatrice, paralysées par des pratiques inefficaces. C’était le capitalisme qui a gagné, avec son abondance d’initiatives libres, avec sa creativité individuelle, la concurrence pure et simple.

Tendances: Crise économique, Commerce Equitable, Enjeux Environementaux

Cependant, il y avait des voix mécontentes même au sein de la société occidentale, du peuple qui semblait profiter de l’existence de ce système commercial par excellence. Au centre des questions proposées était celle de la nature exacte du profit des grandes entreprises globales.

On a commencé par réfléchir sur la question du commerce équitable. Selon une conscience qu’il s’installait dans les pays occidentaux, il n’était plus juste à exploiter les pays moins développés, soit qu’il s’agissait des producteurs agricoles du café et les autres denrées, soit qu’il s’agissait des usines qui fabriquaient des produits de marque bien connus à l’occident.

On a choisi d’attaquer quelques compagnies (y inclus Nike, par exemple) comme boucs émissaires de ces valeurs du profit par n’importe quels moyens, mais également les autres pour la pollution de l’environement naturel.

Avec une connaissance de plus en plus profonde du problème du réchauffement de la planète, on a posé des questions aigués sur le mode d’emploi des système industriels et leur impacte environemental.

Bien qu’il fût possible pour les chefs de l’industrie à ignorer ces problèmes comme les bruits d’un peuple ingrat pour les fruits du commerce libre, la crise économique qui a percé le coeur du monde capitaliste en 2008 est un ennemi plus menaçant. La panique qui s’est installée au sein du système financier, où les banques ont refusé de prêter l’argent, l’une à l’autre, a semé des grands dégâts au travers des entreprises globales.

La même absence de contrôles fiscaux qui était vanté comme l’esprit essentiel de la philosophie du marché libre a permis une crise dans le secteur immobilier américain d’infecter tous niveaux du réseau globale bancaire.

A ce moment, les chefs politiques des pays les plus importants de façon économique ont décidé de discuter les mêmes types de contrôle fiscaux qui se trouvait au centre de l’economie géré par l’état, du même type utilisé par les anciens gouvernements communistes.

Les Leçons

Tout d’abord, le contrôle d’un système économique est indispensable. Même si on pourrait disputer au sujet des techniques exactes de ce contrôle, on ne peut plus laisser les grands entreprises gérer le système entier. Aveuglé par leur avarice sans limites, les banques ont détruit les fondations de l’existence capitaliste, la provision de l’argent pour faire opérer la croissance entrepreneurialle.

Deuxièmement, il faut trouver un moyen plus durable pour créer nos produits de consommation, sans les dégâts environnementaux, avec un système qui permettrait à tous les pays à se développer avec le commerce plus équitable.

Avec un bon développement de chaque pays, on pourrait renforcer l’économie globale avec la diversité de la gamme des régions et des cultures qui se trouvent dans nôtre monde d’aujourd’hui. Si chaque pays pourrait trouver une economie plus forte, ceci aiderait la stabilité de la société et la croissance de la créativité locale. Avec plus d’économies fortes on y trouverait plus d’opportunités pour le commerce globale et une protection augmenté contre une faillite commerciale dans un pays en particulier, ce qui frappe très fort avec le système actuel.

Si nous sommes prêts à bien apprendre les leçons de l’histoire financière des dernières décennies, nous aurions des occasions inédites de changer l’économie globale d’une façon tout à fait positive et d’éviter la reprise des grands enjeux qui menacent la stabilité économique aujourd’hui et dans les années à venir.

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi