• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Archive pour juillet, 2009

Un Séjour à Rouen

Un Séjour à Rouen dans Voyages rouen 

A la Place du Vieux Marché il y a un espace plus ample qu’à l’époque de Jeanne d’Arc, un monument à qui s’y trouve pour marquer l’endroit de son dernier moment vivant.  Aujourd’hui avec ce grand espace rempli du soleil, on peut admirer une gamme de maisons du Moyen Age qui l’entourent.

Le Gros-Horloge, constitué d’un beffroi gothique, d’un pavillon, d’une voûte Renaissance et d’une fontaine classique n’est pas loin de là.  Bien que une partie de l’extérieur soit couvert pour des travaux, vous pouvez toujours admirer la voûte sculptée et les cadrans récemment restaurés.

J’imagine que les travaux ne tardent pas à arriver à la Cathédrale Notre-Dame, où la façade a besoin d’une restauration soigneuse.  Quand meme, l’interieur est merveilleux, avec ses sépultures illustres, de Rollon, premier duc de Normandie, et de Richard Cœur de Lion.

Mais c’est surtout dans les petite rue où on trouve des belles maisons (par example la Rue Eau de Robec) qu’on peut gouter la charme de cette ville, voir l’évidence d’une autre époque, une autre mode de vie.

J’étais tout à fait bouleversé par la collection d’oeuvres au Musée des Beaux Arts, une des plus prestigieuses collections de France. Voici une peinture de Rubens, Le Caravage, et là on trouve la cathedrale de nouveau, cette fois par Monet (La cathédrale de Rouen, temps gris). Avec des œuvres de Corot, Degas et de magnifiques ensembles de Monet et Sisley, j’ai fini mon petit tour de Rouen avec le plus beau des sourires.

Commentaires

Grand Corps Malade: Le Slam qui Me Frappe Fort

Grand Corps Malade   Me me souviens la drôle de sensation de le premier écoute du slam de Grand Corps Malade. C’est du rap… mais non, il n’y pas de musique là… mais… mais c’est superb! J’ai bel et bien trouvé quelque chose d’unique, une sensation d’écouter aux pensées d’un homme avec le don à s’exprimer avec une elegance sans prétention, sans pudeur.

Dans les mots du slameur soi-même, j’ai éprouvé d’«Un moment d’écoute, un moment de tolérance, un moment de rencontres, un moment de partage.»

Un moment au milieu d’une histoire, soit l’expérience de passer par une année en toutes ses saisons («4 Saison»), soit la crise psychologique d’un professeur face aux étudiants («Le Blues de l’Instituteur»), chaqu’un avec sa propre perspective attirante.

Il y a des beaux jeux de mots, surtout «Péres et Mères» (dont les mots je suis toujours en traine de décrypter!) et de la musique aussi – «À La Recherche», avec des contributions de Kery James et Oxmo Puccino.

Et je craque chaque fois qui j’écoute les paroles de «L’Appartement», un portrait parfait du monde mysterieux et intime de l’interieur d’un appartement de célibataire.  Je pourrait presque me trouver dedans, si fort sont les images inspirés par les mots aussi révélateurs que hilarants.

Il est sans égal comme disque, «Enfant de la Ville» – ce sont des paroles, ce sont des sons, mais on y trouve de la philosophie, l’espace de réfléchir sur sa propre vie, un véritable «moment de rencontres».

Selon les paroles du piste «À La Recherche»:

Poètes, nos vies sont des quêtes, nos cœurs s’éclairent à la lueur des plus belles lettres
A la recherche de l’art

La sensation d’avoir traversé le chemin de Grand Corps Malade m’a donné l’impression d’une personne avec plein des quétes et j’y ai trouvé de l’art, l’art de l’expression, du bel mot, d’un sentiment de la beauté du la langue française.

 

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi