Archive pour mai, 2013

A Voir: Möbius

A Voir: Möbius dans Cinéma mobius De Eric Rochant avec Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth, Aleksey Gorbunov
Genre: Thriller
Durée: 01:43:00
Sortie en salle: 27/02/2013
Pays: France

Inspiré sans doute par la vraie concurrence entre le chef de l’état russe et les puissants hommes d’affaires avec ses revenues douteux, cette histoire s’agit de Grégory Lioubov (Dujardin), un officier des services secrets russes. Envoyé à Monaco afin de pénétrer le réseau financier d’un certain Rostovski (Roth), Lioubov et son équipe engage Alice (de France), pour tourner son rapport professionnel avec Rostovski à leur propre avantage.

Le problème c’est qu’Alice a déjà entré en relation avec le CIA et les complications commencent à se multiplier, surtout suite au début d’une dépendance sexuelle entre agent et fournisseuse d’information. D’où arrive du möbius du titre, une bande de papier tordue afin de reverser le sens avec le travers de son circonférence, ce qui veut dire dans le contexte de cette histoire que ce n’est pas toujours claire pour qui on travail dans le monde d’espionnage.

Avec la perception qui Lioubov travail directement pour son chef Khorzov (Gorbunov) et pas pour son état, les gènes ne tardent pas à conduire l’agent vers un destin fatale qui sombre dans les ombres de l’existence précaire qui règne cette domaine sinistre.

Dujardin et de France interprètent leur personnages avec style et passion, ce qui aide Rochant à se développer un portrait subtile des machinations de ses vies clandestines qui passent presque inaperçus entre les gens normaux.

Commentaires

A Voir: No

 A Voir: No dans Cinéma no De Pablo Larraín avec Gael García Bernal, Alfredo Castro, Antonia Zegers
Genre: Historique, Drame
Durée: 01:50:00
Sortie en salle: 06/03/2013
Pays: Chile, France, Etats Unis

Imaginez-vous comme le chef d’une compagnie de publicité où on ne peut pas parler directement de ce qu’on voudrait promouvoir. Imaginez-vous que la mise en place de cette compagnie pourrait impliquer des menaces à la vie de vous et de votre famille si votre opposition est trop gênée par ce que vos messages impliquent. Bienvenue au Chili du 1988 et la vie un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra (Bernal) qui travaille avec l’opposition politique.

Forcé par le poids de l’opinion internationale, le dictateur chilien Augusto Pinochet propose un référendum sur sa présidence, convaincu d’une victoire facile. Le chef de Saavedra (Castro) fonctionne presque comme agent secret en menaçant chaque pas le travail de son subordonné avec l’opposition et sa compagnie pour un vote de «Non» dans le référendum.

Il est malin ce jeune publicitaire et la puissance de ces émissions télévisés commence à préoccuper le gouvernement de Pinochet. Les menaces psychologiques comme physiques ne tardent pas à se produire et c’est clair que les machinations du régime brutal du dictateur ne cessent avec cette liberté temporaire qui accompagne le période du référendum.

Dans son film merveilleusement conçu Larraín a crée une zone de tension mentale, la même qu’il fallait exister à cet époque-là, dans laquelle il nous expose les méthodes innovantes de Saavedra et son équipe et leur construction d’un projet intrépide pour débarrasser le pays de l’oppression, malgré l’attention musclée de l’armée de l’ombre de Pinochet.

Commentaires

A Voir: Camille Claudel 1915

A Voir: Camille Claudel 1915  dans Cinéma camilleclaudel1915 De Bruno Dumont avec Juliette Binoche, Jean-Luc Vincent, Robert Leroy
Genre: Biopic
Durée: 01:37:00
Sortie en salle: 13/03/2013
Pays: France

La carrière artistique de Camille Claudel, sa coexistence créative et intime avec le géant des sculpteurs, August Rodin, la turbulence et l’amertume de la fin de cet épisode de sa vie est bien connu. Mais après?

Voici le sujet de cette étude cinématographique de la vie de l’artiste tombée, vu par l’objectif des mois de 1915 et ses expériences dans un asile du sud de la France. Camille (Binoche) ne sculpte plus et, supervisé par le médecin de l’asile (Leroy), elle continue ses journées, entourée par les folles.

Elle prépare ses propres repas simples, chassée par la crainte d’être empoisonnée, et elle subit le comportement des autres patientes, de temps en temps extrême, tout en attendant la visite de son frère Paul (Vincent) et la liberté.

Cependant, Paul croit que la vie artistique implique l’expression des émotions d’une sorte qui dépasse les limites de ce qu’un peut supporter et que dans certains cas (y inclus celui de sa sœur, bien compris) ce détruit la stabilité psychologique. Est-ce que Camille pourrait convaincre son frère de lui accorder sa liberté?

Dumont montre bien la vie quotidienne monotone et frustrante de l’asile avec une pression mental quelquefois dure à supporter, dont notre empathie pour Camille. Interprété avec une subtilité douce et patiente qu’on attend de Binoche, ce sont les petits détails qui frappent, la crainte d’une explosion de rage avec une tension qui monte, jusqu’au moment de l’arrivée de Paul. Et après ce dernier?

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi