• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

Archive pour décembre, 2013

A Voir: En Solitaire

EnSolitaire de Christophe Offenstein avec François Cluzet, Samy Seghir, Virginie Efira, Guillaume Canet
Genre: Drame – Durée: 01:36:00
Pays: France – Sortie en salle: 13/11/2013

Quand Yann Kermadec (Cluzet) est choisi pour remplacer son ami Franck Drevil (Canet) pour participer dans le tour du monde à la voile en solitaire, il trouve toutes ses ambitions se transformées en réalité merveilleuse. Suite à un problème technique qu’il le voit obligé à pausé près des iles pour les réparations au bateau il est si content des nouvelles qu’il monte la classification avec chaque jour qui passe.

Cependant, la découverte d’un jeune passager (Seghir) à son bord, un clandestin qui a bordé dans l’espoir à voyager à la côte française, risque à détruire les espoirs de Yann.  Un jeu se commence où Yann cherche une côte convenable où il pourrait se débarrasser de son passager, tout en cachant sa présence des transmissions  fréquentes qui communiquent son parcours compétitif en temps réel.

Finalement il avoue la réalité à son équipe de soutient est au travers des propositions et discussions Yann est obligé de réexaminer ses priorités face aux besoins humanitaires comme pratiques d’une situation tout à fait unique dans la cadre de cette forme de compétition.   Offenstein a bien choisi un contexte très créatif pour son examen des réactions humaines face à la question de la clandestinité, bien animés par les interprétations de Cluzet et Seghir, des opposants qui se transforment en alliés avec le rythme d’un voyage rempli de drame.

Commentaires

A Voir: La Vénus à la Fourrure

LaVenusalaFourrure de Roman Polanski avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric
Genre: Drame, Erotique – Durée: 01:35:00
Pays: France – Sortie en salle: 13/11/2013

Après avoir auditionné des candidates pour une pièce qu’il prépare à mettre en scène, Thomas (Amalric) parle avec sa copine au téléphone, en déplorant le manque de qualité des comédiennes face aux besoins du rôle de Wanda, protagoniste principale de son œuvre.  Son départ du théâtre est bloqué par l’arrivée bien tardive d’une femme (Seigner) baignée par la pluie, qui se montre forcement déterminée à donner sa propre audition pour le personnage de Wanda, avec qui bizarrement elle partage le prénom.

Alors, Thomas la laisse finalement donner son mieux, malgré son impression d’une personne vulgaire et brusque et il se trouve de plus en plus étonné par la connaissance de cette femme mystérieuse du texte.  D’ailleurs elle semble presque habiter la personnalité de Vanda, avec ses perceptions non seulement des motivations du personnage mais aussi de celles de Thomas dans sa mise en scène de cette pièce.

Thomas finit par être subjugué par une audition où la ligne entre la fiction et la réalité se floue est qui se connecte à ses obsessions les plus profondes, en approchant une conclusion bien frappante.   Polanski a réalisé un tour de force dramatique où le cadre d’une audition théâtrale se transforme en vérité pénétrante et munis des interprétations de Seigner et Amalric il gagne un résultat qui dépasse les limites physiques d’une mise en scène tout à fait simple.

Commentaires

A Voir: Quai D’Orsay

Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier avec Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup
Genre: Comédie – Durée: 01:53:00
Pays: France – Sortie en salle: 13/11/2013

Alexandre Taillard de Worms (Lhermitte), le ministre des Affaires Étrangères de la France, se réjouie d’une énergie magnifique et une panache qui séduit tous ceux qui l’entourent dans le monde chargé de son fief au Quai d’Orsay.  Voici l’univers dans lequel entre un jeune Arthur Vlaminck (Personnaz), jeune diplômé de l’ENA, avec la tâche initiale d’écrire un discours qui Taillard de Worms donnera à tribune des Nations Unies à New-York.

Vlaminck s’applique à son boulot qui lui semble de plus en plus difficile entre les opinions contradictoires des conseilleurs qui habitant les couloirs du pouvoir.  Les complications se multiplient au premier revue du texte, où le ministre semble de complètement réinviter ses avis originales, avec le refrain «légitimité, lucidité et efficacité», tous ça livré avec sa manière super animée et comique.

Quand le chef du cabinet de ce dernier, Claude Maupas (Arestrup), entre la conversation, on se témoigne le début d’un jeu à mourir de rire.  Tandis que Taillard de Worms raille contre les néoconservateurs américains, Maupas obsède sur l’inclusion des Allemands dans chaque décision, ou dorme debout.  Vlaminck se trouve obligé d’habiter un coin de bureau microscopique, terrorisés comme tout le monde au Quai d’Orsay d’une tornade littérale chaque fois que le ministre lui passe.

On pourrait vraiment croire la vérité de ce monde inventé par Tavernier, munis de l’énergie drôlement frénétique de Lhermitte, bénit des apartés tordants de Arestrup et témoigné par un Personnaz qui ne plus sait que faire.  Le casting est peuplé par des interprétations nickel qui combinent pour créer un monde aussi abstrait et dingue que ce qu’on présume exister au vrai Quai d’Orsay.

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi