Archive pour mars, 2015

A Voir: (El Mistero de) La Felicidad

Felicidad de Daniel Burman avec Guillermo Francella, Fabián Arenillas, Inés Estévez
Genre: Comédie, Romance – Durée: 01:32:00
Pays: Argentine, Brésil – Date de sortie: 14/11/2014

En commençant avec une série d’images bien amusantes on constate les habitudes identiques de Santiago (Francella) et Eugenio (Arenillas), deux partenaires qui dirigent son magasin de ses deux bureaux, chaque action parfaitement synchronisée avec celle du deuxième homme.

Vu qu’on a l’impression forte que rien ne sépare les projets de ses deux amis, on s’étonne qu’on Santiago découvre que Eugenio a disparu sans un mot.  Quand la femme du disparu, Laura (Estévez), arrive au magasin pour trouver son époux, ils décident à chercher l’homme ensemble.

Voici le commencement des événements très divertissants qui impliquent tous les deux dans les réunions avec un homme mystérieux (réputé d’être ex contact d’Interpol) dans un restaurant Arménien et leur amènent au Brésil pour revoir le site d’une histoire d’amour liée à la propriétaire d’un bar sur la plage, où les deux partenaires se sont trouvé il y a longtemps.

Une histoire charmante des habitudes des amis et des époux, ce qu’on discute, ce qu’on cache, qui garde sa touche chaleureusement humaine partout.

Commentaires

Jeanne Se Trouve dans ses Soixante-dix

HistoiredeJ
01 J’ai faim 07 Comme je t’attends
02 L’échappé 08 L’oreille coupée
03 Noxolo 09 Petite fleur
04 Quand c’est non c’est non 10 Finistère
05 Bingo 11 Femme debout
06 Cheval de feu  

Je suis un vrai fan de la musique de Jeanne Cherhal et pour son dernier disque («Histoire de J») elle revisite le son classique des années soixante-dix, au point qu’en écoutant certains des chansons ici je crois entendre celles du disque «Amoureuse» de Véronique Sanson.

Cependant, il s’agit moins d’une copie du son de cet époque qu’une réinvention du style et je me suis trouvé avec l’impression de vivre ses années passées en écoutant ce son pour la première fois, tel est la fraîcheur de la voix de cette chanteuse plein de charme.

De l’entrée du piano du «J’ai Faim» et ses mots plein d’humeur («Je voudrais mourir dans en éclat de rire à midi… »), je suis tellement ravis du monde sonore qui m’entoure.  La souplesse de la voix du «Noxolo» y ajoute un autre niveau de plaisir et quand le son du dernier s’ajoute à la guitare du «Cheval de Feu», c’est le paradis absolu!

L’intimité des mots de «Comme je t’attends» fait fondre le cœur et même si elle ne s’agit pas d’une petite amie idéale quand elle dit que «Je laisse pourrir la nourriture
Et puis j’ai cassé des voitures» (petite indice entre les paroles de «L’oreille coupée»), on a du mal à résister tel enchantement.

On sort avec un dernier ris dans la chanson «Trop Vieille pour Mourir Jeune» (qui inclus tels paroles que «Je suis trop vieille pour mourir jeune… Trop moyenne de mourir d’un amour fou») mais malgré de tous ces «trop», Jeanne reste une artiste plein de talent dont j’attends avec impatience le prochain disque – «Comme je t’attends» effectivement.

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi