Archive pour Faits Divers

Qui a Piqué Mon Identité – Online mais pas trop

Vous vous êtes souscrit à Facebook?   Ça vous dit quelque chose partager tous vos réflexions intimes avec les autres par l’internet?  Moi non.

Evidemment ça m’interésse à présenter quelques idées en ligne, de m’exprimer par des médias très facile à utiliser et directs, mais mes trucs personnels…

Je suppose qu’il s’agit d’un sentiment de paranoia provoqué par un centaine d’histoires de vol d’identité.  De nos jours c’est trop facile à donner des détails aux autres dont on ignore l’existance, en achétant sur un site d’internet, en souscrivant au site pour accéder des informations, etc.

Avec des astuces informatiques choquantes, ces arnaqueurs spécialisés du domain online peuvent ramasser ces détails pour construire une identité virtuelle (la votre!) et l’utilise pour acheter des cadeaux chers, même pour le cheval de Troie pour commettre des crimes dont on nous laisse sembler d’être les protagonists.

C’est triste qu’on limite la liberté et creativité sociale potentielle de l’internet par ces inquiétudes mais avec les criminels on connaît la chanson – si on laisse ses trucs (maintenant y inclus ses coordonnées en ligne) à portée de la main de tout le monde, on y invite des maux évitables.

Alors, exprimez-vous online, mais gardez au vol d’informations personelles.

Commentaires

L’Economie Idéale: Histoire, Systèmes et Tendances

Crise Eco   Au moment de la grande crise qui se confirme au sein du système capitaliste occidental, il est bien l’endroit à refléchir sur l’economie idéale. De quoi s’agit-il, quels seraient les bons composants, les buts de cette innovation? Est-qu’il y a des leçons historiques pour nous aider à trouver le meilleur système pour l’avenir?

Histoire: Capitalisme contre Communisme

Entre les années trente et quatre-vingt, on observait le contraste entre des idéalismes économiques, bien différent l’un à l’autre. Tandis que le communisme selon le modèle proposé par Moscou cherchait de bien maîtriser chaque élément du champ économique par le contrôle central, le capitalisme occidentaux laissait tous au concurrence entre les entreprises commerciales. Le système communiste prioritisait l’égalité entre tous niveaux de la société, tout en évitant que les chefs de l’entreprise profitaient excessivement au coût des droits des travailleurs. Selon le capitalisme, le plus important était l’entreprise saine, qui gagnait l’argent pour payer les salaires, de motiver les plus braves à lancer leur propre entreprise, selon leur initiatives commerciales.

En 1989, à la chute du mur de Berlin, tous semblait s’éclaircir. C’était le communisme qui a perdu la guerre commerciale, le communisme qui a produit des compagnies détruites par une manque de liberté créatrice, paralysées par des pratiques inefficaces. C’était le capitalisme qui a gagné, avec son abondance d’initiatives libres, avec sa creativité individuelle, la concurrence pure et simple.

Tendances: Crise économique, Commerce Equitable, Enjeux Environementaux

Cependant, il y avait des voix mécontentes même au sein de la société occidentale, du peuple qui semblait profiter de l’existence de ce système commercial par excellence. Au centre des questions proposées était celle de la nature exacte du profit des grandes entreprises globales.

On a commencé par réfléchir sur la question du commerce équitable. Selon une conscience qu’il s’installait dans les pays occidentaux, il n’était plus juste à exploiter les pays moins développés, soit qu’il s’agissait des producteurs agricoles du café et les autres denrées, soit qu’il s’agissait des usines qui fabriquaient des produits de marque bien connus à l’occident.

On a choisi d’attaquer quelques compagnies (y inclus Nike, par exemple) comme boucs émissaires de ces valeurs du profit par n’importe quels moyens, mais également les autres pour la pollution de l’environement naturel.

Avec une connaissance de plus en plus profonde du problème du réchauffement de la planète, on a posé des questions aigués sur le mode d’emploi des système industriels et leur impacte environemental.

Bien qu’il fût possible pour les chefs de l’industrie à ignorer ces problèmes comme les bruits d’un peuple ingrat pour les fruits du commerce libre, la crise économique qui a percé le coeur du monde capitaliste en 2008 est un ennemi plus menaçant. La panique qui s’est installée au sein du système financier, où les banques ont refusé de prêter l’argent, l’une à l’autre, a semé des grands dégâts au travers des entreprises globales.

La même absence de contrôles fiscaux qui était vanté comme l’esprit essentiel de la philosophie du marché libre a permis une crise dans le secteur immobilier américain d’infecter tous niveaux du réseau globale bancaire.

A ce moment, les chefs politiques des pays les plus importants de façon économique ont décidé de discuter les mêmes types de contrôle fiscaux qui se trouvait au centre de l’economie géré par l’état, du même type utilisé par les anciens gouvernements communistes.

Les Leçons

Tout d’abord, le contrôle d’un système économique est indispensable. Même si on pourrait disputer au sujet des techniques exactes de ce contrôle, on ne peut plus laisser les grands entreprises gérer le système entier. Aveuglé par leur avarice sans limites, les banques ont détruit les fondations de l’existence capitaliste, la provision de l’argent pour faire opérer la croissance entrepreneurialle.

Deuxièmement, il faut trouver un moyen plus durable pour créer nos produits de consommation, sans les dégâts environnementaux, avec un système qui permettrait à tous les pays à se développer avec le commerce plus équitable.

Avec un bon développement de chaque pays, on pourrait renforcer l’économie globale avec la diversité de la gamme des régions et des cultures qui se trouvent dans nôtre monde d’aujourd’hui. Si chaque pays pourrait trouver une economie plus forte, ceci aiderait la stabilité de la société et la croissance de la créativité locale. Avec plus d’économies fortes on y trouverait plus d’opportunités pour le commerce globale et une protection augmenté contre une faillite commerciale dans un pays en particulier, ce qui frappe très fort avec le système actuel.

Si nous sommes prêts à bien apprendre les leçons de l’histoire financière des dernières décennies, nous aurions des occasions inédites de changer l’économie globale d’une façon tout à fait positive et d’éviter la reprise des grands enjeux qui menacent la stabilité économique aujourd’hui et dans les années à venir.

Commentaires

Di…EPO

«Disgrâce» était encore une fois l’adjectif du jour pour le Tour 18 juillet 2008.  Après Manuel Beltrán et Moisés Dueñas, Riccó était le troisième coureur / tricheur du tour.

Riccó a été piégé par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), pour l’usage de l’EPO. EPO (Erythropoiesis), une forme de dopage à l’oxygénation artificielle du sang, est bien connu depuis quelques ans mais cette fois il s’agissait d’un produit dite de «troisième génération», commercialisée depuis quelques mois seulement.

Selon l’avis des gens liés au monde du cyclisme, Riccó était fou de prendre un tel risque dans un des sport les plus contrôlés au niveau de dopage.

Ma première réaction était d’un fan déçu.  Le Tour de France, comme partie de mon expérience de la culture sportive de la France, me représente un idéal.  C’est l’homme et son vélo contre les coline, les montagne et un chemin de plus de trois mille kilomètres.  C’est l’endurance, la drame – pas la tragédie.

Quand j’ai entendu que Riccó était licencié par son équipe, j’ai retrouvé ma confiance dans le sport – voici un sport qui non seulement fait des efforts pour piéger des tricheurs mais qui nous montre des peines justes pour ces infractions.

Il me semble que les Français aimeraient bien voir un Tour de France où chaque réussite, chaque victoire soit crédible, pas une raison pour se méfier d’un autre nouveau produit chimique.  Je partage, moi aussi, cet avis.
 

Commentaires

Maigrir c'est dans la tête ... |
maelezig |
jojocky |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | baqarr
| je, tu, il...
| L'autre moi